Ed03 du 03 septembre 2001
 

La SAGA FOURNIER - MARTIN

ou Le commerce aumalois à travers 4 générations

de Fournier - Martin

Article de Guy Boulnois Extrait du journal "Le Réveil" du 24 Avril 1987

Dans "Le réveil" de la semaine dernière, vous aviez à reconnaître deux anciens magasins aumalois et leur rapport avec le personnage "croqué" par Alfred Le Petit page 10 de sa biographie. Tout commence par un cadeau : Jean Martin (ex Radio Télé rue aux Juifs) reçoit en cadeau cette biographie et y reconnait son arrière-grand-père M. Fournier.

 

 

L'ayant appris, je prends contact avec M. Martin qui me montre une photographie de la même époque que le croquis : la ressemblance est frappante !

 

 

 

03 du 03 septembre 2001

 

 

Nous reproduisons ici la photo.

 

J'ai longtemps parlé avec M. Martin de ses ascendants et j'ai appris bien des choses intéressantes que je me propose de vous raconter puisqu'elles constituent un siècle de la vie des commerçants intimement liés à la vie aumaloise.

Nous revenons en arrière, exactement le 5 février 1871 date de l'arrivée des Prussiens à Aumale après la défaite...

L'"Hôtel de France", tenu par M. Fournier, est réquisitionné et il doit "loger" l'occupant. Un des Prussiens recherche la compagnie de son petit-fils "Victor" car, dit-il, "Il me rappelle mon fils qui a le même âge que lui".

Ceci n'empêche pas les Prussiens, avant de quitter Aumale, de descendre tous les draps de l'Hôtel, de les disposer à même le sol, et d'ouvrir les tonneaux de cidre...

Quant à Alfred Le Petit, s'il a croqué M. Fournier ( 9 mars 1896), c'est que, ayant perdu sa femme en 1895, il logeait sans doute à l'Hôtel de France quand il revenait dans sa ville natale. M. Fournier a une fille Alexandrine (née en 1843) qui épouse M. Joly marbrier, et dont elle aura 3 enfants : Victor (dont nous venons de parler), Gustave et Angèle.

 

SUITE